Côtes-d’Armor. Haut débit : un fiasco à plus de 30 M€

Publié le 03 août 2016 à 00h00 JULIEN VAILLANT © Le Télégramme
http:// www.letelegramme.fr/bretagne/internet-un-fiasco-a-plus-de-30-meur-03-08-2016-11169052.php#mC6oGZm6fguG1gZV.99

 

 C’est l’histoire d’un échec technique, commercial et stratégique qui pourrait coûter de 30 M€ à 42 M€ aux contribuables costarmoricains. En 2008, le conseil général des Côtes-d’Armor confiait aux entreprises Eiffage et SFR, réunies dans la société Armor Connectic, la mission d’amener l’internet haut débit dans tous les foyers du département via la construction d’un réseau de fibre optique. Mais l’histoire ne s’est pas vraiment déroulée comme prévu…* Une facture de 42 M€, avec pour seule contrepartie un réseau de fibre optique qui n’intéresse pas grand monde : c’est le scénario catastrophe sur lequel planche, depuis son accession au pouvoir en mars 2015, l’actuelle majorité de droite et du centre du conseil départemental des Côtes-d’Armor. Une hypothèse inimaginable le 31 janvier 2008. Ce jour-là, les élus de droite comme de gauche (sauf Marc Le Fur) votent l’accès à l’internet haut débit pour tous les Costarmoricains.

 

 Le projet prévoit de couvrir les zones rurales les plus reculées ; ces campagnes où les grands opérateurs renâclent à investir faute de rentabilité. La mission de concevoir et d’exploiter un réseau de communications de 1.060 km, dont 700 km de fibre optique, est confiée à l’entreprise Armor Connectic, détenue par Eiffage et SFR. Une délégation de service public (DSP), d’une durée de 20 ans, est signée entre la société et le Département qui verse, en outre, une subvention de 16,8 M€. Quelques mois plus tard, en déplacement à Mûr-de-Bretagne, le président Claudy Lebreton (PS) n’hésite pas à parler d’un chantier qui doit permettre « aux Côtes-d’Armor de vivre dans leur siècle ». Las, huit ans plus tard, la promesse initiale s’est transformée en « un gouffre pour les finances publiques », dixit son successeur Alain Cadec (LR). *Un rapport accablant* Celui-ci vient de rendre public un rapport de la chambre régionale des comptes. Sur une quarantaine de pages, la juridiction décrit un projet à la viabilité économique « compromise » (8,9 M€ de pertes cumulées) et une situation financière sans possibilité de rééquilibrage à l’avenir. Le risque financier pour le Département est estimé à 22,5 M€ en cas de défaillance d’Armor Connectic. Comment la situation a-t-elle pu à ce point déraper ? Les magistrats de la chambre stigmatisent d’abord un plan d’affaires « trop ambitieux » : 193,4 M€ de recettes attendues jusqu’en 2028. Mais aussi l’échec de la commercialisation de la technologie sans fil Wimax – qui permet, grâce à des antennes, d’amener le haut débit dans les foyers les plus reculés, mais sans accès à l’offre triple play (internet, télévision, téléphone). Autres points soulevés, l’absence de concertation avec les autres collectivités et le manque de suivi de l’activité du délégataire. Dernier élément, le projet (concurrent) porté par la Région – à travers le syndicat mixte Megalis – qui vise à apporter la fibre optique dans tous les foyers bretons à l’horizon 2030, via le réseau d’Orange (lire ci-contre). *« Un loupé gigantesque »* « La technologie est en évolution perpétuelle. Lorsque les décisions ont été prises, personne ne pouvait savoir quelle serait la situation aujourd’hui », énonce Philippe Lécrivain, missionné par Eiffage pour gérer le dossier. Lui aussi dresse un constat d’échec : « La société n’arrive pas à amortir ses investissements. Depuis quatre ans, nous avertissons le conseil général du déséquilibre de la DSP. Nous avons essayé de trouver des solutions. En vain. Continuer, ce serait aller dans le mur ». Pourfendeur depuis l’origine de l’opération, le député (LR) Marc Le Fur dénonce, lui, « le scandale des 20 dernières années dans les Côtes-d’Armor. Il s’agit d’un loupé technologique et financier gigantesque. La majorité de l’époque n’a pas travaillé son dossier. Et ils ont voulu faire sans Orange – parce qu’il y avait des comptes à régler – et sans partenaires (Région et intercommunalités) ». *Eiffage réclame 20 M€* En charge du dossier au sein de l’équipe Cadec, Eugène Caro renchérit : « Nos prédécesseurs se sont obstinés ». Le conseiller départemental délégué au numérique va même jusqu’à faire un parallèle avec les prêts toxiques. « Le montant de la facture finale pourrait être dramatique ». Car pour stopper prématurément la DSP, Eiffage (actionnaire à 81 % d’Armor Connectic) réclame 20 M€. Un montant qui s’ajoute aux 16,8 M€ versés en 2008. La négociation vient tout juste de démarrer mais Étienne Caro prévient déjà : « Nous ne sommes pas en position de force ». Et une fois cette situation réglée, tout ne sera pas résolu. Car le Département se retrouvera propriétaire du fameux réseau (qui compte aujourd’hui 26.000 abonnés). Interviendra alors une inévitable question : qu’en faire ? Là encore, la réponse n’est pas synonyme de bonne nouvelle. Les acquéreurs potentiels ne se bousculent pas et la vente pourrait même faire perdre de l’argent au Département. Car une fois la transaction effectuée, il faudra rembourser 6 M€ de TV