Nos commentaires suite à l’article paru dans Ouest France du 19 novembre dernier. (OF 19 nov 2016 Jean-Philippe GAUTIER.

La société Tutor, chargée par le Département de déployer la fibre optique, peinait à commercialiser ses lignes. Les élus viennent de désigner un nouvel opérateur d’envergure nationale : Covage.

Non, ce n’est pas une volonté du CD14 mais c’est l’entreprise Covage qui a racheté Tutor et le CD14 est donc obligé de signer avec le nouveau propriétaire.

Pourquoi ? Comment ? De quand date le déploiement de la fibre optique dans le Calvados ?

Les premières délibérations datent de 2011. Cette année-là, les élus départementaux confient la conception, la réalisation et l’exploitation du réseau de fibre optique dans le Calvados à la société Tutor, dans le cadre d’une délégation de service public. Ce réseau d’initiative public est baptisé Fibre-Calvados. La première phase des travaux prévoit, de 2012 à 2017,

Non, la phase numéro 1 devait s’étaler de 2012 à 2015. Le R.I.P a déjà deux ans de retard.

La phase deux devait commencer en 2016

l’accessibilité au très haut débit pour 288 communes (hors agglo Caen-la-Mer, Lisieux et Cœur-Côte fleurie, préemptées par d’autres opérateurs), et de 400 bâtiments publics (collèges et lycées, casernes de pompiers, gendarmeries, Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes)…). Elle implique également la diminution de 50 % des zones blanches, non couvertes en haut débit. Coût total des travaux : 169 millions d’euros étalés sur vingtdeux ans.

63 millions d’euros d’argent publique ont été injectés dans la phase un. Le reste viendra par le produit des ventes qui aujourd’hui sont très faibles. Du coup, la phase deux qui devait être mise à l’étude dès 2013 n’est toujours pas engagée. Cela prendra encore plusieurs années, rien que pour l’étude de faisabilité. Le plan R.I.P du CD14 n’a pas prévu de stratégie pour la suite des phases deux et trois.  Donc on ne peut plus entrevoir la phase deux entre 2016 / 2025 mais plus tard. Quant à la phase trois … seuls les éternels optimistes peuvent encore y croire. Ou ceux qui pensent encore que ça viendra bien un jour !!

Où en est-on actuellement ?

« D’ores et déjà, toutes les zones d’activités économiques et les principaux établissements d’intérêt général ont été rendus raccordables, indique Olivier Colin, vice-président du conseil départemental en charge de l’aménagement du territoire. Le réseau de collecte est terminé. » Au terme de la première phase de travaux, fin 2017 , « Fibre-Calvados permettra de couvrir 70 % des logements du territoire et de résorber 50 % des zones blanches », promet Olivier Colin. Cependant, si le calendrier des travaux a été respecté, le nombre de clients connectés n’est pas à la hauteur des espérances du Département.

On aimerait connaître très précisément le nombre de clients réel. Il faut savoir que Tutor a reçu un chèque conséquent pour le travail de pose mais la vente concerne le CD14 !

« Si Tutor est un excellent technicien, il n’a pas la force de frappe d’un grand opérateur en ce qui concerne la commercialisation du réseau », admet le président du conseil départemental, JeanLéonce Dupont (UDI).

Quelle solution a adopté le Département ?

Il s’est mis en quête d’un opérateur de plus grande envergure.

Non, c’est le rachat de Tutor par Covage qui oblige le CD14 à signer avec COVAGE. Ce n’est pas un choix !

En l’occurrence, la société Covage. « C’est un acteur spécialisé dans les réseaux de fibre optique, qui travaille avec 200 opérateurs et fournisseurs d’accès internet, y compris Orange et Numéricâble. » Le rachat de Tutor par Covage « est une chance pour notre réseau d’accélérer sa commercialisation et de doper sa notoriété ». Concrètement, en amenant dans ses bagages des fournisseurs d’accès comme Orange ou SFR, Covage est en capacité de renforcer l’attractivité du réseau Fibre-Calvados et de convaincre des usagers qui veulent rester fidèles à leur opérateur historique.

On ne voit pas pourquoi les grands opérateurs décideraient soudainement de venir sur ce réseau. Covage travaille avec ces grands opérateurs en France mais pas précisément dans le Calvados. Pour débloquer la situation, les grands opérateurs attendent certainement les décisions politiques qui leur apporteront tout le réseau pour quelques euros !

Qu’en dit l’opposition ?

Le sujet est polémique. Le conseiller départemental socialiste, Éric Vève, rappelle que son groupe « avait alerté l’assemblée sur le fait que Tutor n’avait pas les épaules assez larges pour soutenir un tel projet ». Son colistier, Bertrand Havard, renchérit : « Le projet initial était sousdimensionné, la délégation de service public avait été conclue sur des bases trop fragiles. » Olivier Colin défend le choix de sa majorité : « Si l’on n’avait rien fait à cette époque, il ne se passerait rien aujourd’hui. Nous avons tout de même construit 900 km de fibre optique à un prix inférieur à ce que nous proposaient les concurrents ». « Et nous avons six ans d’avance sur l’ensemble des autres territoires, hors région parisienne », vient à son secours Jean-Léonce Dupont.

Non, nous avons en réalité plusieurs années de retard car la vente de la phase une se fait absolument pas. On confond l’installation de prises (dont personnes ne veut en zone 1 avec la réalité des raccordements.

Y aura-t-il des conséquences en termes de délai ?

« Le revers de cette opération est que l’on peut craindre, même si cela reste à confirmer, qu’elle engendre un retard de quelques mois », ne cache pas Olivier Colin. L’acquisition de Tutor par Covage a été votée à l’unanimité. L’opposition s’est abstenue.

Il faut entendre ici “mois” par “années”