Les petits opérateurs des télécommunications, réunis autour de l’association Alternative Telecom et inconnus du grand public, ont décidé de prendre le groupe Orange pour cible, détenteur de 60% du marché « entreprises ». Craignant un risque d’éviction, ils souhaitent mettre en oeuvre une forme de « dégroupage », via une offre de gros, qui leur permettrait d’utiliser le réseau fibre du 1er opérateur français.

 

Leur réclamation ne date pas d’hier. Les petits opérateurs (Prixtel, Coriolis…) souhaitent bénéficier d’un meilleur accès au réseau de la fibre optique, pour atteindre les clients finaux. L’idée est de mettre en place une forme de « dégroupage ». Ainsi, les petits opérateurs disposeraient d’un branchement direct au réseau fibre appartenant à Orange. Ces petits opérateurs souhaitent s’implanter dans les grandes villes, afin de reprendre le monopole dont bénéficie Orange.

Orange présente des réticences