Trois questions à… (OF du 11 avril 2017)

Olivier Sueur,
vice-président du conseil départemental en charge du développement de la fibre optique.

Pourquoi avoir fait, samedi, une réunion d’information ?

Le but est de dédramatiser les choses, d’expliquer que tout le monde peut avoir la fibre où elle est éligible. Aujourd’hui, on a 950 kilomètres de câbles et on a ouvert à la commercialisation quasiment 60 000 prises. Nous sommes obligés de reconnaître que la commercialisation ne se fait pas au niveau du grand public, puisque nous n’avons que 2 500 raccordements commercialisés.

Combien de prises de fibre optique sont commercialisables à Douvres-la-Délivrande ?

Environ 3 080, si l’on compte aussi quelques communes autour. Il est donc important d’expliquer que toute personne dont l’habitation est éligible peut s’abonner et de présenter les opérateurs auprès desquels l’abonnement est possible. Douvres a été choisie pour cette première en raison du nombre de foyers qui peuvent en bénéficier. Cette réunion est également l’occasion pour le département de voir comment les choses se passent. Pour ce qui est des entreprises, c’est tout à fait différent, puisque nous sommes actuellement présents sur 151 zones d’activité. 370 entreprises sont reliées à la fibre optique. Je rappelle que la Fibre Calvados, développée par le conseil départemental et le délégataire de service public Tutor-Covage, c’est tout le Calvados sauf l’agglo de Caen et une partie de la ville de Lisieux. Il y a un souci d’aménagement du territoire et du maintien des personnes âgées à domicile, ce qui entre dans notre compétence.

Commentaires :

Le Conseil Départemental du Calvados reconnaît que le déploiement de la fibre dans son département est un échec. 2500 connectés en phase 1.
On rappellera que c’est la vente de cette phase 1 qui aurait dû déclencher l’étude de la phase 2. Or, la phase 2 devait commencer dès 2015 !!!

2500 connectés, c’est à peine 4% de vente. Heureux élus ! Rapportés au montant des subventions qui ont été apportées pour financer la phase 1 du R.I.P soient 65 millions d’euros, cela fait une connexion actuellement à 26000 euros !

Quand Monsieur Sueur affirme qu’il y a “un souci d’aménagement du territoire et du maintien des personnes âgées à domicile, ce qui entre dans notre compétence” soit mais encore faut-il se donner les moyens pour développer cette compétence.

Maintenant que cet échec est reconnu, nous demandons au Conseil Départemental du Calvados qu’il ouvre les autres possibilités, notamment par les réseaux hertziens, à toutes les communes ou groupements d’usagers qui souffrent de connexions internet insuffisantes.