http://www.phonandroid.com/macron-tres-haut-debit-2022-meace-operateurs.html

Emmanuel Macron a profité de son discours à l’Association des maires de France pour réaffirmer son ambition de respecter les objectifs du Plan France Très Haut Débit. Il exige une accélération du déploiement et une hausse des investissements et menace directement les opérateurs qui ne tiendraient pas leurs engagements.

 

 
Le Président français Emmanuel Macron n’a pas fait dans le détail au moment d’évoquer le Plan France Très Haut Débit lors de son discours à l’Association des maires de France du 23 novembre 2017. Il a réaffirmé sa volonté d’offrir à l’ensemble de la population l’accès au Très Haut Débit, et ce dès 2022. « J’ai pris un engagement, le bon débit pour tous d’ici mi-2020 et le très haut débit pour tous d’ici mi-2022. Nous pouvons le tenir mais cela suscite d’aller vers plus de contraintes sur ce sujet », a-t-il déclaré.

Macron menace les opérateurs

Emmanuel Macron s’en est pris directement aux opérateurs, qu’il menace de fortes amendes en cas de manquement à leurs obligations. « Les engagements conclus d’ici la fin de l’année avec les opérateurs seront contraignants, traduits de manière législative et donneront lieu à des sanctions pécuniaires et la possibilité de l’Etat de se substituer (aux opérateurs) », a-t-il prévenu. Les déboires financières de SFR ont bloqué le déploiement de son réseau fibre optique alors que l’opérateur s’était engagé à fibrer toute la France. Orange tient un bon rythme mais Bouygues et Free doivent faire mieux.

 
Le 22 novembre 2017, le secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires Julien Denormandie avait déjà effectué une sortie remarquée en affirmant que le gouvernement allait mettre la pression sur les opérateurs pour atteindre les objectifs. « Nous n’y arriverons pas si nous ne nous faisons pas un peu mal. Et il faut que vous, opérateurs, ayez mal. Car investir plus, c’est mettre plus d’argent encore. Aller plus vite, c’est forcément douloureux », annonçait-il. En août 2017, c’était le secrétaire d’Etat chargé du numérique Mounir Majhoubi qui rappellait les opérateurs à l’ordre, parlant d’une « exaspération numérique » chez les Français.

Pour aider les opérateurs dans leurs manœuvres, le gouvernement s’est par ailleurs engagé à faire des efforts sur sa politique d’acquisition des fréquences mobiles, qui ne seront plus vendues au plus offrant mais à celui qui offre la meilleure solution pour l’aménagement du territoire.