CCF14 : est-ce bien crédible, une alternative à la fibre à 8 MB descendants ? Ne prend on pas les vessies pour des lanternes ? On sait que les offres satellite qui existent depuis des années n’ont pas connu le succès escompté. La faute aux temps de latence démesurés et débits montants qui prohibent de toute utilisation satisfaisante. Le très haut débit, ça n’est pas que du débit. C’est également du temps de réponse, des données et bandes passantes non limitées. Souhaitons que cette nouvelle solution (qui n’en est pas une) ne soit pas le ratage ou l’attrape nigaud des précédentes offres satellite : La ruralité a besoin d’autre chose que du palliatif, à tout point de vue ! Que doit-on penser d’une solution à 8 MB arrivant un an après l’objectif fixé par le gouvernement Macron ?

Source : http://www.lepoint.fr/societe/en-bourgogne-du-tres-haut-debit-radio-pour-les-territoires-ruraux-06-04-2018-2208611_23.php

En matière de déploiement très haut débit fixe, si le gouvernement a clairement fait de la fibre optique une priorité, tout le territoire ne sera pas couvert. D’où le principe de “mix technologique” pour les régions les plus difficiles d’accès ou les plus isolées qui seront couvertes grâce à la 4G fixe, le VDSL ou encore le satellite. Afin de patienter avant d’avoir la fibre ou plus vraisemblablement pour la remplacer.

 

 

Pour autant, certaines de ces technologies posent question, notamment le satellite dont les débits pratiques sont encore très éloignés de la notion de “très haut débit” au sens de l’Arcep, soit 30 Mb/s minimum et même du haut débit. Mais ce type d’accès devrait être grandement amélioré grâce à l’accord passé entre Orange, Eutelsat et Thales Alenia Space.

L’objectif : envoyer en orbite un nouveau satellite afin de pouvoir délivrer un “bon haut débit”, soit au moins 8 Mb/s (les 30 Mb/s sont donc encore loin mais ça sera toujours mieux que les générations précédentes).

Eutelsat va mettre sur orbite le satellite Konnecht VHTS (Very High Throughput Satellite) fabriqué par Thales Alenia Space (TAS) tandis qu’Orange s’occupera de la distribution auprès du grand public. L’opérateur historique estime que 400.000 foyers déjà mal couverts en ADSL car difficile d’accès et/ou isolés seront concernés. Mais Orange pourra également vendre des offres sat dans les pays où il est présent.

Reste que ce satellite ne sera opérationnel que dans trois ans, soit un après la date butoir fixée par le gouvernement pour que tous les Français aient accès à un “bon” haut débit. 

 

 

Partagez / follow us :