Ce village se bat pour avoir internet… et le téléphone

Internet Haut débit pour tous !

Ce village se bat pour avoir internet… et le téléphone

Source : https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/24746/reader/reader.html#!preferred/1/package/24746/pub/35581/page/14/phone/

PAR SÉBASTIEN LUCOT

ACTUALITÉ

 

 

Ce couple pensait avoir trouvé la maison de ses rêves en Normandie. Depuis l’installation d’un nouveau système de relais, ils se retrouvent privés de téléphone et d’internet, comme un tiers de la commune de Soulles, dans le Centre-Manche.

 

« S’il nous arrive quelque chose, personne ne sera au courant », s’inquiète Olivier *. Ce trentenaire vit dans la commune de Soulles, moins de 500 habitants, située dans le Centre-Manche. Auparavant locataire à Villedieu-les-Poêles, Olivier et sa femme ont acheté leur maison en novembre 2016. Une demeure isolée, dont le calme et l’environnement bucolique ont séduit le couple. « Au moment de notre recherche avec l’agence, personne ne m’a prévenu qu’il était difficile d’avoir internet », explique Olivier, comptable dans une entreprise de Saint-Lô.

En effet, ce nid douillet reculé se trouve en bout de ligne téléphonique. Deux solutions s’offrent alors à eux : les ondes hertziennes, en passant par un système dénommé Wifimax mis en place par Manche Numérique (syndicat mixte dédié à l’aménagement numérique du territoire) ou en passant par la voie du satellite.

« Le seul opérateur qui peut nous fournir un accès internet, c’est Ozone, ils ont le monopole, affirme-t-il. Pour moi, c’est hors de question de passer par le satellite. Le débit est très faible et il faut compter 75 € pour 100 Go, alors qu’en passant par le Wifimax, cela me revient à 30 €. »

Un tiers de la commune concernée

En février, Olivier reçoit un courrier du fournisseur lui indiquant que le système Wifimax va être démantelé pour améliorer le débit, et que les connexions vont passer sur un nouveau système, appelé Mimo. « En attendant ce changement qui peut prendre plusieurs mois, matérialisé par un nouveau relais, la réponse que j’ai eu par mail d’Ozone a été de changer mon offre, en passant par satellite. »

Désemparé, il appelle Manche Numérique pour tenter de voir un peu plus clair. Le syndicat mixte a ensuite demandé à Ozone de ne pas couper son offre durant ce laps de temps. « Cela a été accepté, j’étais ravi ! »

La désillusion apparaît à l’aube du 1er mai : plus de téléphone ni d’internet, « mon contrat a été résilié. J’ai appelé directement Ozone pour être transféré huit fois entre plusieurs services. Ils se rejetaient la balle », déplore l’homme de 32 ans. Après avoir contacté le fournisseur internet, la personne du service client trouve cela « clairement anormal. Nous avons quelques doutes sur le bon fonctionnement du relais qui alimente une partie des habitations de Soulles. »

Le Besnard, un lieu-dit de la commune de Soulles, dépourvu de toute couverture téléphonique. (Photo : Ouest-France)

Des doutes confirmés par Manche Numérique : « Dans quelques mois, l’église de Soulles sera équipée d’un nouveau relais, l’ancien étant obsolète. »

Cette contrainte a des impacts sérieux sur la vie familiale d’Olivier. Le mercredi, il est obligé de prendre une nourrice et de se rendre sur son lieu de travail. « J’ai dû aussi faire ma déclaration d’impôts sur l’ordinateur du travail, idem pour lire mes mails, faire mes recherches personnelles, vérifier mes comptes… »

Le maire de la commune, Alain Olivier, constate aussi cette situation de manière un peu fataliste : « Un tiers de la commune est concerné par des problèmes d’internet. Je suis souvent contacté par les habitants, souffle-t-il. On attend une évolution, moi-même je n’ai pas internet. »

En juillet dernier, le président de la République annonçait que d’ici la fin de l’année 2020 l’accès à internet et au réseau mobile serait disponible dans toute la France. « Nous sommes situés en pleine zone blanche, je pense qu’il y a encore du travail pour que tout le monde soit desservi correctement », ajoute Olivier.

*Olivier est un nom d’emprunt.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.