Transfo numérique : le THD passe aussi par les ondes

Internet Haut débit pour tous !

Transfo numérique : le THD passe aussi par les ondes

Réseaux : Les offres de box 4G et de THD Radio permettent aux entreprises de disposer d’une connexion internet très haut débit sans fil là où la fibre tardera à arriver ou lorsque le DSL est faiblard. Mais attention aux différences.

Source : https://www.zdnet.fr/actualites/transfo-numerique-le-thd-passe-aussi-par-les-ondes-39870138.htm

Aux côtés d’une infrastructure très haut débit filaire puissante mais pas encore accessible à l’ensemble du territoire, les opérateurs ont développé des services de box 4G et de THD radio pour proposer aux entreprises une alternative à la fibre optique.  

Malgré le plan national de couverture très haut débit initié par l’Etat, toutes les entreprises du territoire ne disposent pas aujourd’hui d’un accès à la fibre optique. En revanche, la 4G couvre déjà une très large partie de la population. Les opérateurs se sont appuyés sur leur réseau mobile pour façonner un service THD sans fil consacré aux entreprises.

Les technologies radio et satellite concerneront potentiellement in fine, un nombre conséquent de locaux, évalué à 2,2 millions selon les études. 

L’offre dispose d’indéniables avantages. Le dispositif, léger (appelé routeur ou box 4G) et rapide à installer autorise plusieurs connexions simultanées. Les routeurs 4G fournis par les opérateurs offrent des débits importants (entre 50 et 100 Mbit/s suivant les offres), supérieurs à ceux atteints avec une ligne ADSL. En matière d’usages, une telle offre autorise surtout de la navigation, de la consultation de courriels et de la téléphonie.

Orange, SFR et Bouygues Telecom disposent dans leurs catalogues respectifs d’offres de ce type. « Nous voyons surtout ce type de services comme un produit de backup », explique Bingzhu Huang, chef de produit voix fixe chez Bouygues Telecom. Orange partage le même point de vue que la filiale du groupe de construction. « S’il y a, par exemple, une rupture de câble dans la rue, le routeur prendra le relais », indique Géraldine Steinberg, directrice marketing stratégie et innovation chez Orange Business Services.

De son côté, la marque au carré rouge accompagne sa box de nombreux services. « Notre offre comprend de la téléphonie illimitée vers les fixes et les mobiles », détaille Peggy Demaison, directrice marketing et digitale pour activité B2B. « S’ils le souhaitent, nos clients peuvent porter leur numéro de ligne fixe sur notre box 4G ». L’offre de SFR est également accompagnée d’un service de messagerie, d’un journal d’appel ainsi que d’une application qui « permet de piloter la téléphonie à distance ». 

Certains opérateurs ont choisi d’ajouter à leur box des services additionnels et optionnels. SFR associe – la demande- à son routeur 4G une protection anti-Ddos (attaque par déni de service) ou un pare-feu. « Cela nous permet de proposer à nos clients des services de sécurité en plus », précise Peggy Demaison. Toutefois, ces fonctionnalités supplémentaires gonflent sensiblement le prix de la facture.

Bouygues Telecom se propose de créer pour les entreprises qui le demandent, une connexion 4G dédiée, à l’instar du FTTO. L’entreprise dispose d’un flux dédié qu’elle ne partage pas avec d’autres utilisateurs.  « Pour les clients qui le souhaitent, nous pouvons créer une route dédiée sur notre réseau mobile. Cela reste du sur-mesure », ajoute Antoine Cotten, responsable des offres fixes chez Bouygues Telecom.

Les box 4G apparaissent particulièrement adaptées aux besoins d’entreprises installées en zones dépourvues de réseau de fibre optique ou mal servies en DSL. Elles constituent également une bonne réponse technique pour les entités dispersées sur le territoire et les chantiers. « Nous les proposons depuis longtemps aux agences bancaires et aux camions médicaux », assure Géraldine Steinberg. 

Aux côtés de ces offres 4G box, une autre solution existe : le  THD radio ou TD-LTE. Cette technologie s’appuie sur un réseau 4G dédié pour proposer une connexion internet filaire. « Le client souscrit une offre chez son opérateur. Ensuite, il reçoit une antenne qui est installée sur son toit. Une fois l’antenne déployée associée à notre émetteur, le signal arrive à destination », précise Sébastien Lengrai, directeur du service technique client chez l’opérateur d’infrastructure Covage.

Cette approche est différente de la “4G mobile dédiée au fixe” telle qu’elle est aujourd’hui proposée par BouyguesTel, SFR avec leurs 4G box. “Ces acteurs exploitent une technologie mobile et mutualisée basées sur leurs capacités excédentaires. Les débits pratiques seront donc bas voire limités en data”, nous expliquait Philippe Le Grand, Vice-Président de NomoTech, un acteur positionné sur le THD radio. “Nous pensons que ces offres auront du mal à prendre à cause de leurs contraintes”.

La boucle locale radio TD/LTE est nativement fixe et s’appuie sur un réseau dédié, avec des sites dédiés, ce qui fait toute la différence notamment en termes de débits stables. Mais pour cette solution se généralise, il faut libérer des fréquences. C’est désormais chose faite puisque le Gouvernement et l’ARCEP ont ouvert un guichet pour l’attribution de la bande de fréquence 3410-3460 MHz.  

Une première autorisation a été délivrée à la société Sem@for77 en Seine-et-Marne qui utilisera ces fréquences pour moderniser le réseau d’accès à Internet hertzien d’initiative publique porté par le syndicat mixte Seine-et-Marne Numérique. Elles permettront à Seine et Marne Numérique et Sem@for77 de fournir dès 2018 du très haut débit à 142 communes qui n’en disposent pas actuellement.

L’Arcep poursuit l’instruction des autres dossiers de demande de fréquences qui ont été déposés au guichet THD radio et qui concernent 5 départements. 

Divers acteurs locaux ou régionaux sont d’ores et déjà positionnés sur le très haut débit radio. Il y a NomoTech qui exploite la marque Ozone ou encore WeAccess, un autre acteur historique de l’accès radio et qui a déjà des licences provisoires en Seine-Maritime et dans le Loiret. 

“L’ouverture de la bande de fréquence 3410-3460 MHz permet de contourner la question de la puissance jusqu’à aujourd’hui limitée via la bande des 5 Ghz utilisée jusqu’à présent”, souligne François Hedin, p-dg de WeAccess. Le responsable souligne également le rôle des collectivités dans les déploiements car cette 4G fixe dédiée ciblera d’abord les RIP. “Le modèle, c’est le co-financement avec les collectivités”, poursuit-il. 

Les offres sont déjà prêtes. Chez Ozone, elles seront facturés de 30 à 35 euros par mois avec un débit pratique de 30 Mb/s en download et 3 à 5 Mb/s en upload. Nomotech assure que le débit sera garanti. Seule contrainte pour le foyer, la box (49 euros) doit être associée à une petite antenne à installer sur le pignon de la maison. Ces frais d’installation sont pris en charge. 

WeAccess propose quant à lui un forfait triple-play à 27,90 euros par mois avec 30 Mb/s de débit en illimité. “Nous visons 6 à 10.000 abonnés par département où nous serons présents, soit une dizaine”, annonce François Hedin.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.