CCF14 : “…les crédits du Plan France Très Haut Débit ont été mobilisés pour d’autres actions : collèges numériques ruraux….” Quelle blague ! Sachant que de nombreux collèges et écoles ferment sous Hollande et Macron, comment peut – on allouer au projet THD des fonds pour “certains” collèges numériques ruraux ? y aurait-il des zones rurales privilégiées et si oui sur quels critères ? pourquoi parle t-on encore de ruralité dans le plan France THD alors que sur le terrain il n’en est rien, à part creuser un peu plus cyniquement la fracture numérique et justifier de dépenses publiques là où en effet l’on devrait se poser bien plus de question …Enquêtes parlementaires, cours des comptes, qui pourrait rétablir la vérité sur le plan THD ?

 

Bataille de chiffres. Il pourrait falloir plus d’argent public que prévu pour atteindre l’objectif du Très Haut Débit pour tous en 2022 selon Les Echos.

Afin d’apporter le très haut débit à tous nos concitoyens tout le monde participe, que soit les opérateurs, l’État, les collectivités locales ou même l’Europe, au total ce seront plus de 20 milliards d’euros qui auront été investi d’ici 2022.

Dans les zones les moins peuplées, l’État pour inciter les opérateurs à réaliser les travaux a prévu une enveloppe de 3,3 milliards d’euros d’aides publiques, selon les Echos, l’Agence du Numérique affirme que la totalité des fonds ont été distribués. La Fédération des industriels des Réseaux d’initiative public (FiRIP) elle, ne donne pas le même son de cloche, il resterait au moins 300 000 euros “immédiatement mobilisables pour réussir le THD pour tous en 2022“.

Une explication possible ? La Cour des Comptes avait, fin mai, relevé dans son rapport sur le budget de l’Etat en 2017 par exemple que “les crédits du Plan France Très Haut Débit ont été mobilisés pour d’autres actions : collèges numériques ruraux, couverture mobile, continuité territoriale numérique et frais de gestion de la Cour des Comptes, pour un total représentant plus de 7 % des crédits exécutés en 2017 sur le programme”.

Avec 660 000 nouvelles prises au premier trimestre 2018 selon l’ARCEP, il va falloir en plus accélérer fortement les déploiements pour tenir l’objectif de 2022. 2,7 millions de prises ont été construites en 2017, par rapport à l’année dernière il faudra déployer 1,3 millions de prises supplémentaire soit 4 millions au total pour l’année 2018 (dont 2,4 millions en zone AMII) Etienne Dugas, Président de la FIRIP avait annoncé la couleur c’est “un vrai challenge pour toute la filière”. Sans compter les problématiques d’aprovisionnement en fibre optique et de main-d’œuvre.

En plus d’une nécéssaire accélération des déploiements selon Les Echos, les services de l’Etat estiment qu’il va falloir rajouter entre 600 et 800 millions d’euros d’argent public pour tenir l’objectif du Très Haut Débit pour tous en 2022 et de la société du Gigabit en 2025. L’été sera chaud et l’automne aussi, pour le plan Très Haut Débit.

source : Les Echos

 

 

Partagez / follow us :