CCF14: Orange méfiant et pas pressé de se raccorder… dommage pour les armoires Normandes. 

Source : https://www.zdnet.fr/actualites/fibre-orange-et-les-rip-nous-serons-selectifs-39871515.htm
Business : Contrairement à ses concurrents, Orange n’a pas annoncé d’accords d’envergure avec des opérateurs de réseaux d’initiative publique. L’agrume est méfiant.

Orange va-t-il encore accélérer dans les RIP et renforcer son empreinte fibre sur le territoire ? Rappelons que les réseaux d’initiative publique sont exclusivement situés dans les zones peu denses et bénéficient de subventions publiques. Ils sont loin d’être anecdotiques puisqu’ils doivent à terme couvrir 85% du territoire avec environ 7 millions de lignes FTTH.

Aujourd’hui, les grands opérateurs nationaux signent des partenariats pour s’interconnecter aux réseaux des opérateurs qui déploient ces réseaux locaux.

Ainsi, Free va se connecter au réseau d’Altitude Infrastructure (3 millions de prises) et d’Axione (2 millions de lignes), afin de vendre ses offres FTTH. De son côté, Bouygues Telecom a signé des partenariats avec TDF et Covage tandis que SFR vient de signer avec Covage qui exploite 41 réseaux englobant 527.000 prises FTTH.

De son côté, Orange qui revendique aujourd’hui 70% des déploiements FTTH n’entend pas se précipiter et nous confirme n’avoir signé aucun accord global avec des opérateurs de RIP. L’opérateur se méfie-t-il du modèle mis en place ? 

“Notre politique est plus sélective.”, nous explique Laurent Bénatar, Directeur Technique et du Système Information de l’opérateur. “On constate qu’il y a plus de paroles que d’actes, notamment sur les volumes de prises réellement allumées. Nous prenons le temps de discuter car tout n’est pas clair”. 

Et de rappeler que l’agrume opère déjà 30% des RIP et les revend commercialement sous sa propre marque…  

L’opérateur admet également avoir changé d’attitude face aux collectivités, dans le passé, certaines l’accusaient d’étouffer certaines initiatives locales ou régionales pour imposer ses vues.

“Nous sommes à l’offensive sur les collectivités et nous avons changé d’attitude. Il y a eu dans le passé beaucoup de mécontentement et des frictions. Nous sommes plus à l’écoute, plus humble et conscient des impatiences de couverture. Les élus souffrent de cette problématique d’attractivité à cause d’une couverture haut/très haut débit parfois défaillante. Aujourd’hui, on ne défend pas notre forteresse, on écoute et on tient nos promesses. Nous ne sommes plus contre les collectivités, nous sommes tout contre. On n’impose plus de solutions trop globales, on prend en considération les demandes spécifiques”, nous expliquait lors du dernier salon des Maires Cyril Luneau, directeur des relations avec les Collectivités locales d’Orange.

Et de poursuivre : “C’est vrai que nous revoyons nos ambitions à la hausse dans les RIP. Nous étions concentrés sur les zones très denses mais aujourd’hui on accélère en zone peu dense avec une nouvelle proposition de valeur moins décalée que dans le passé. Ca nous permet de renouer un vrai dialogue avec une offre mieux dimensionnée”.

Partagez / follow us :