L’illectronisme ou le malaise avec le numérique

Internet Haut débit pour tous !

L’illectronisme ou le malaise avec le numérique

 

 

 

Le syndicat de la presse sociale ou SPS est une presse citoyenne à but non lucratif, elle se mobilise depuis des années contre l’illettrisme et aujourd’hui contre l’illectronisme. 

Source : franceinfo  Frédérique MariéRadio France

Mis à jour le 09/09/2018 | 08:39
publié le 09/09/2018 | 08:39

L’iIlectronisme, une nouvelle rupture sociale (FREDERIQUE MARIE / RADIO FRANCE)

 

Enquête sur l’illectronisme à télécharger ici 

 

Le syndicat de la presse sociale, presse citoyenne à but non lucratif lutte contre l’illetrisme et l’illectronisme. À l’heure des journées nationales de l’action contre l’illetrisme, une étude de l’institut CSA détaille ce phénomène de l’illectronisme, l’illétrisme du numérique, qui constitue une nouvelle forme de fracture sociale. Près d’un quart des Français ne seraient pas à l’aise avec le numérique…

Qu’est-ce que l’illectronisme ?

L’illectronisme est un néologisme venant de la traduction de information-illiteracy qui transpose le concept d’illettrisme dans le domaine de l’information électronique : il s’agit d’un manque ou d’une absence totale de connaissance des clés nécessaires à l’utilisation et la création des ressources numériques.

Il existe deux types de difficultés éprouvées

 – celles qui sont liées à la pratique et à la manipulation de ces nouveaux outils
 – d’autre part, celles qui sont liées à l’usage, au contenu et à la vérification des informations véhiculées.
L’illectronisme se différencie de l’e-exclusion car il provient plus d’un manque de savoirs et d’usages que de moyens à l’accès au domaine électronique.

L’Internet crée de nouvelles inégalités, mais en réduit d’autres

Les jeunes, parfois, n’ont qu’une maîtrise partielle du net et manquent de distance par rapport à ce qu’ils y trouvent. Le risque de délaisser complètement l’écrit au profit de l’image est aussi à prendre en compte.

Au sujet du syndicat de la presse sociale

Créé il y a plus de 30 ans, le syndicat de la presse sociale (SPS) rassemble plus de 80 éditeurs (associations, coopératives, mutuelles, syndicats…) afin de représenter, défendre et promouvoir l’information sociale.
Le SPS compte au total une centaine de publications offrant à ses 20 millions de lecteurs une très grande variété de périodicités, de moyens mis en oeuvre et de tirages.

Il offre à ses éditeurs, avec le concours de la Fédération nationale de la presse spécialisée (FNPS), des services personnalisés (information et formation générale ou thématique, conseil et assistance juridique, technique, administrative, fiscale…) et assure leur représentativité auprès des ministères et administrations de tutelle. 

Les missions du SPS

Il s’agit d’une presse citoyenne à but non lucratif garantissant ainsi son indépendance. Ses misssions sont :

– servir
– mobiliser l’opinion
– critiquer
– nourrir et enrichir la pensée sociale.
il s’agit aussi d’une véritable mobilisation contre l’exclusion sociale.

Les actions menées

De plus en plus de démarches et de services, de l’administration comme du commerce, sont dématérialisés afin d’offrir plus de facilités pour les citoyens et les consommateurs.

Dans ce contexte, le rôle du SPS va être d’alerter, sensibiliser et déclencher une prise de conscience. Les actions devront être engagées à plusieurs niveaux, institutions d’état et acteurs majeurs du monde numérique. Au-delà de cette action de sensibilisation des pouvoirs publics se pose la question d’une remise en cause de la conception même des sites sur Internet, qui ne prennent pas toujours en compte les difficultés potentielles que certaines personnes peuvent rencontrer.

Le SPS rencontre des spécialistes tels que sociologues, psychologues, ou auteurs pour créer un conseil des experts. Ils sont les plus légitimes pour soutenir la cause, et pour informer sur ce qui est devenu un problème de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.