Fibre optique : la filière manque de bras

Internet Haut débit pour tous !

Fibre optique : la filière manque de bras

 

Source : France Info

 

CCF14 : Dans ces conditions et avec  ces difficultés à recruter de la main d’oeuvre, on ne voit pas comment notre Département pourra tenir l’échéance qu’il s’est fixée !

 

 

Il manque aujourd’hui 1 500 personnes dans le secteur de la fibre optique en France mais en fait, ce sont 16 000 personnes qu’il faut recruter dans les quatre ans à venir. Tout ça pour que 100% des foyers bénéficient du très haut débit en 2022. C’est tout simplement le plus grand chantier de France. Un chantier à 20 milliards d’euros. Et on manque très nettement de candidats. C’est l’expérience que vit, parmi tant d’autres, Etienne Dugas, président de la fédération InfraNum, il est aussi à la tête d’un petit groupe implanté dans l’ouest et le sud-est de la France. Les profils dont Etienne Dugas a besoin : “Monteur-accordeur, sachant qu’on forme, on peut prendre des gens qui n’ont aucune formation ; soudeur, les gens qui vont souder la fibre ; les gens qui vont tirer les câbles de fibre optique dans les fourreaux existants d’Orange. Il faut également des gens qui puissent poser des câbles en aérien. Ce sont des compétences qui s’acquièrent très vite. Et on ne trouve personne”.

Pourtant, assure le chef d’entreprise, il y a de belles perspectives dans la profession : “Quelqu’un qui est sorti du système, un décrocheur qui est prêt à travailler en trois mois il est formé, en deux ans il peut devenir chef d’équipe, voire chef de chantier et en cinq ans on en fait un conducteur de travaux”. Ce n’est pourtant pas faute de centres de formations, comme dans certaines autres professions. Il y a 190 centres de formation aux métiers de la fibre optique en France. Accessibles à tous, jeunes ou personnes en reconversion, ils ne sont occupés qu’à 60% de leurs capacité. Pour les professionnels, il y a un vrai manque de visibilité de ces métiers. On ne sait pas qu’ils recrutent et ils ont une mauvaise image.

 

Des salaires pas mirobolants

On commence au Smic mais deux ans plus tard, avec les indemnités on peut être à 2 000 euros net, assure la fédération professionnelle. Il y a aussi la question de l’avenir. Quand toutes les prises seront posées, que se passera-t-il ?
Réponse des professionnels : il y aura la maintenance, les applications qui passeront par le très haut débit.  Et même du travail à l’étranger, en Allemagne notamment, qui a elle aussi un plan ambitieux de raccordement à la fibre optique. Les Français pourront faire valoir leur savoir-faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer