Moins value immobilière

Une étude réalisée par le site britannique spécialisé dans l’immobilier Righmove montre qu’une connexion Internet lente pourrait faire baisser le prix d’un bien immobilier de 20% ! Le site a même ajouté le critère de débit de connexions dans les critères de recherche d’un logement, visiblement un véritable succès.

Dans l’étude en question, basée sur 3 000 utilisateurs du site, le débit Internet était un critère plus important que la présence de transports en commun ou d’écoles. Après le diagnostic de performance énergétique, les futurs propriétaires et locataires exigeront-ils un diagnostic de la performance Internet ? Faites-vous attention à ce critère lors d’un achat, une location ?


 

La FRANCE en retard par rapport aux autres pays européens

Vidéo : source BFM TV

Une carte de l’accès de la population européenne au haut débit dépeint une France très à la traîne dans la plupart de ses départements.

«Top! Je suis un pays de l’Union européenne dont la majorité de son territoire n’a pas accès à du haut débit? Je suis? L’Estonie? Perdu. La Slovaquie? Perdu. La France??? Gagné!» La question aurait toute sa place dans une émission de type «Question pour un champion», ce que la France n’est pas en matière d’internet.

La carte ci-dessous, commandée par la Commission européenne, prouve que l’Hexagone possède de nombreux départements où au moins 65% de la population n’a pas accès au haut débit (zones blanches). La France est largement distancée par les Pays baltes, l’Islande, l’Irlande du Nord et même l’Espagne. Seules la Grèce et l’Italie semblent avoir une couverture internet moins développée.

Alzbeta Fellenbaum, une analyste d’IHS Technology, qui a en partie conduit l’étude, explique ce phénomène au Washington Post:

IHS Broadband_NGA_Europe_2_1«Les disparités entre les différents pays européens reflètent des stratégies très diverses adoptées par les opérateurs de réseaux dans chaque pays. En Italie et en Grèce, la raison de l’absence de haut débit est principalement due à l’absence de câblo-opérateurs.

En France, la stratégie nationale a toujours été axée sur le déploiement des réseaux FTTP (la fibre optique). Néanmoins, en raison des coûts élevés de la fibre optique jusqu’au domicile des clients, le déploiement n’a pas autant progressé que dans les autres pays européens.»

Les préjugés sur la Creuse sont vérifiés

Une disparité que l’on peut constater plus en détail sur la carte de «l’Observatoire France Très Haut Débit», qui permet de constater qu’en dehors des villes le haut débit n’est pas courant. Ainsi, 87,5% de la population des Hauts-de-Seine (92) a accès à un débit de 100 Mbit/s et plus. La Creuse (23), pour ne pas faire mentir les préjugés de dépaysement, ne possède même pas un tel débit. Sans compter que 29,7% de la population du département a un débit de moins de 3 Mbit/s.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement a lancé en 2013 le «Plan France Très Haut débit», qui vise la couverture de l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici à 2022. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a du boulot.