OneWeb : les six premiers satellites sont en orbite

Internet Haut débit pour tous !

OneWeb : les six premiers satellites sont en orbite

Source : ZDNET

CCF14 : Quel sera l’impact de ce nouveau mode de déploiement de l’internet sur la fibre optique ?

Technologie : Le haut débit Internet depuis l’espace reste pour demain mais les premières briques sont mises en place dès à présent. OneWeb est en course avec SpaceX pour développer cette technologie.

 

Les six premiers satellites de la constellation OneWeb, la grappe OneWebF6, ont été placés sur orbite “avec succès” indique Arianespace. Une fusée Soyouz avait décollé mercredi de la Guyane française pour les positionner dans l’espace.

Visuel de microsatellite qui va être réalisé par ADS. (Source : ADS)

 

Ces petits satellites (147 kilos sur la balance) sont positionnés en orbite basse, à 1.000 kilomètres de la Terre. Ils sont désormais “à proximité de leur orbite opérationnelle”, ce qui signifie qu’il faut encore les déplacer pour permettre leur mise en route opérationnelle.

Le projet OneWeb doit réduire la fracture numérique au niveau mondial en proposant une couverture satellitaire mondiale de l’Internet. Il a été lancé en 2014 par l’entrepreneur américain Greg Wyler (ex-Google), soutenu par le groupe Virgin du milliardaire Richard Branson, le fabricant de puces Qualcomm et Airbus Defence and Space. L’année suivant, OneWeb passait un accord avec la société Arianespace pour le déploiement de la phase initiale du projet, dont 21 lancements avec la fusée Soyouz rapporte l’AFP. Ces 21 lancements sont prévus, d’ici 2020, depuis trois bases spatiales : Kourou (Guyane française), Baïkonour (Kazakhstan) et Vostotchny (Russie).

“Placée en orbite terrestre basse à 1 000 km d’altitude, la constellation fournira un service à haut débit et faible latence à un large éventail de marchés (aéronautique, maritime, liaisons cellulaires, wi-fi communautaire, services de communication d’urgence) et rendra le très haut débit accessible partout dans le monde (air, terre et mer)” note Arianespace. Pour cela il faudra positionner à basse altitude une quantité impressionnante de satellites. “La constellation initiale OneWeb sera constituée d’environ 650 satellites et pourra augmenter pour atteindre plus de 900 satellites afin de répondre à la croissance de la demande mondiale”.

Le débit autorisé par la couverture satellite devrait être équivalente à cette des réseaux de fibre optique. (Source : ADS)

Les six premiers satellites de la constellation ont été fabriqués à Toulouse par OneWeb Satellites, une co-entreprise OneWeb / Airbus Defence and Space. Plusieurs satellites doivent être construits chaque jour pour tenir le rythme. Airbus Defense and Space, 38 000 employés et un chiffre d’affaires annuel de 13 milliards d’euros, aurait grillé la politesse à Thales Alenia Space et Lockeed Martin pour remporter ce marché.

Il y a deux ans le groupe japonais SoftBank annonçait un investissement à hauteur de 1 milliard de dollars dans OneWeb. Ces fonds devaient servir notamment à concevoir une usine de production des satellites basée en Floride avec à la clé la création de 3.000 emplois.

OneWeb fait face à SpaceX, le projet d’Elon Musk. Ce projet promet aussi une connexion Internet tombée de l’espace pour 2020. Cette fois, ce sont 4000 microsatellites qui pourraient être positionnés en orbite.

SpaceX, la firme d’Elon Musk qui possède également Tesla, veut ainsi utiliser ses lanceurs (capables de revenir sur Terre) pour mener à bien cette mission. L’entreprise doit lancer 4425 micro-satellites qui permettront d’offrir une connectivité théorique à 1 Gps à peu près partout dans le monde. La particularité du système imaginé par SpaceX est que la transmission du signal ne se ferait pas par ondes radio mais avec une technologie optique par laser.

SpaceX a levé un milliard de dollars auprès de Google et du fonds d’investissement Fidelity. De quoi valoriser l’entreprise d’Elon Musk à plus de 10 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer