Bruxelles aurait arrêté pour le moment le développement de la 5G

Internet Haut débit pour tous !

Bruxelles aurait arrêté pour le moment le développement de la 5G

Source : Developpez.com

 

 

Le monde se prépare activement à un déploiement à grande échelle de la nouvelle génération du standard pour les réseaux de téléphonie mobile, la 5G.

À Bruxelles, le projet pilote qui est censé aboutir à la mise en place effective de la technologie 5G aurait été interrompu en raison des effets de radiation jugés trop dangereux pour la population. Selon les informations rapportées par The Brussels Times, à l’heure actuelle, il serait impossible pour la majorité des opérateurs de télécommunication d’estimer le rayonnement des antennes requises pour le fonctionnement de la 5G. La 5G aurait-elle des effets plus néfastes sur la santé de l’Homme que les précédents réseaux de téléphonie mobile ?

La technologie 5G est considérée par certains comme une « technologie clé » qui pourrait permettre des débits de télécommunication mobile de plusieurs gigabits de données par seconde, soit jusqu’à mille fois plus rapides que les réseaux mobiles en 2010 et jusqu’à 100 fois plus rapide que la 4G. Dans de nombreux pays du monde, les gouvernements se dépêchent de mettre en place l’infrastructure nécessaire pour permettre le fonctionnement de la cinquième génération des réseaux de télécommunication, la 5G. En Europe, on veut non seulement procéder au déploiement du réseau 5G, mais l’on veut également assurer une bonne sécurité autour de ce dernier dès son déploiement. En effet, lors d’une rencontre à la fin du mois passé, la Commission européenne a souligné la nécessité d’élaborer dès maintenant des mesures pour sécuriser la 5G.

« Les réseaux de cinquième génération (5G) seront à l’avenir l’épine dorsale de nos sociétés et de nos économies, reliant des milliards d’objets et de systèmes, y compris dans des secteurs critiques comme l’énergie, les transports, les banques et la santé, ainsi que des systèmes de contrôle industriel qui véhiculent des informations sensibles et étayent des dispositifs de sécurité. Les processus démocratiques tels que les élections s’appuient de plus en plus sur les infrastructures numériques et les réseaux 5G, d’où la nécessité de remédier à toute vulnérabilité dans ce domaine et l’importance des recommandations formulées par la Commission dans la perspective des élections au Parlement européen en mai prochain », avait déclaré la Commission européenne.

Les débits de données de la 5G sont susceptibles de répondre à la demande croissante de données avec l’essor des smartphones. Ce type de réseau devrait favoriser le cloud computing, l’intégration et l’interopérabilité des objets communicants et des smartgrids (réseaux électriques intelligents) et autres réseaux dits intelligents, dans un environnement domotisé et une « ville intelligente ». Selon d’autres apports, cela pourrait également développer l’imagerie 3D ou l’holographie, le datamining, la gestion du Big Data et de l’IoT « Internet of Thing » (expression évoquant un monde où tous les ordinateurs et périphériques pourraient communiquer entre eux). D’autres applications concernent les jeux interactifs et multijoueurs complexes, la traduction automatique et bien d’autres encore. Cependant, si beaucoup ne louent que les avantages que cette technologie va apporter, d’autres restent inquiets face aux conséquences néfastes que cela pourrait avoir sur la santé humaine.

Ainsi, même si la Commission européenne pense déjà aux mesures pour sécuriser la 5G après son déploiement, la Belgique cherche d’abord à s’assurer que cette technologie n’impactera pas plus négativement sur la santé de ces citoyens que les précédents réseaux ne le font déjà. Dans la capitale belge, le projet de déploiement de la 5G va encore attendre un moment, du moins jusqu’au moment où les autorités auront trouvé le moyen de minimiser à un taux acceptable les rayonnements liés aux antennes dont la technologie a besoin pour fonctionner. Le ministre de l’environnement du pays a expliqué que la Belgique applique des normes de radiation très stricte et qu’à l’heure actuelle, la 5G ne les respecte pas du tout. « Je ne peux pas accepter une telle technologie si les normes de radiation, qui doivent protéger les citoyens, ne sont pas respectées. Les Bruxellois ne sont pas des cobayes dont la santé peut être vendue à profit. Nous ne pouvons rien laisser au doute », a déclaré la ministre de l’environnement, Céline Fremault.

Cela dit, Céline Fremault ne semble pas être la seule à émettre des inquiétudes sur la technologie 5G. Il y en a d’autres comme elle à l’exemple de Arthur Robert Firstenberg, auteur et militant américain qui s’intéresse au rayonnement électromagnétique et à la santé. Il est également le fondateur du groupe de campagne indépendant Cell Phone Phone Task Force. Activiste de premier plan sur la question des rayonnements électromagnétiques et de leurs impacts négatifs sur la santé publique, il a décrit le déploiement de la 5G comme une « expérience sanitaire de grande envergure » qui pourrait « devenir une catastrophe mondiale ». Il affirme que le très haut débit pourrait provoquer le cancer chez l’homme et la faune et pourrait aussi exacerber les symptômes de l’hypersensibilité électromagnétique.

De plus, il avait lancé une pétition pour tenter d’arrêter le développement de la 5G aux États-Unis, mais son action ne lui a pas réussi. La pétition avait récolté environ 40 mille signatures. Dans sa pétition, il avait décrire le déploiement de la 5G comme une expérience sur l’humanité et l’environnement, ce qui serait un crime selon le droit international. « Cela pourrait devenir une catastrophe mondiale. Lorsque les premiers satellites ont été lancés à la fin des années 90 pour les téléphones mobiles, le jour de leur lancement, les personnes sensibles à ces phénomènes sont tombées gravement malades. Le taux de mortalité a également augmenté de 5 à 10 % aux États-Unis et il a été signalé que les oiseaux ne volaient pas », a-t-il insisté ensuite. D’autres soulignent également que le déploiement de la 5G, tout comme cela vient d’être le cas à Bruxelles, aurait été bloqué dans certaines villes aux États-Unis pour des raisons de santé notamment le cancer et l’hypersensibilité.

Sous d’autres cieux, des études ont été menées pour comprendre les effets néfastes liés à la technologie 5G une fois qu’elle sera déployée. Radiation Health Risks, un média qui traite des effets nocifs des radiations de fréquence (RF) a écrit que la technologie 5G est très dangereuse pour l’humanité, car elle émet des radiations de fréquence à un niveau très élevé plus que toutes les technologies antérieures tout en soulignant le fait que ces radiations ont un lien étroit avec le cancer et d’autres maladies. « L’Organisation mondiale de la santé a classé le rayonnement RF comme « cancérogène » possible en 2011. De plus, des centaines d’études scientifiques examinées par des pairs établissent un lien entre le rayonnement RF, le cancer, la mort dans le berceau, les dommages à l’ADN (en particulier chez les nourrissons et les foetus) et l’infertilité masculine. En outre, en raison des limites des fréquences utilisées, il est estimé que, pour que les utilisateurs aient une bonne réception, ils devront installer une mini-station cellulaire tous les 2 à 8 maisons. Cela multipliera considérablement la quantité de rayonnement RF à laquelle nous serons exposés », explique le média.

Pour certains, même si la menace est là et que tout le monde le voit, les gouvernements finiront par fermer l’oeil et déployer à grande échelle la 5G que ce soit en Europe ou sur n’importe quel autre continent. Ils évoquent le fait qu’en plus de cela, il existerait une loi aux États-Unis qui indique que les problèmes de santé ne seront pas privilégiés face à une avancée technologique. « Même si aujourd’hui on nous dit qu’ils ont trouvé des moyens de minimiser les effets néfastes de la 5G comme cela a été le cas avec la 4G, attendez-vous à ce que cela ne soit qu’un pur mensonge », ont-ils ajouté.

En attendant, le déploiement de la technologie 5G est aux arrêts dans la capitale belge et les débats se poursuivent pour tenter de trouver des mesures adéquates pour assurer en premier la santé des citoyens. La technologie évolue et de nouvelles avancées sont faites presque tous les ans, mais les défis et les problèmes liés au climat, à l’environnement, à la santé humaine et même aux animaux que ces dernières apportent augmentent très rapidement. Jusqu’à quel degré la 5G va-t-elle impacter négativement sur le monde lorsqu’elle sera déployée ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer