Le nouveau coup de colère de la France périurbaine

Internet Haut débit pour tous !

Le nouveau coup de colère de la France périurbaine

Ouest France du 28/05/19

 

CCF14 : Cet  article va exactement dans le sens de ce que l’on pense au sujet de l’oubli des communes non urbaines. Notamment en ce qui concerne le numérique.

En regardant de très près les votes aux élections européennes, pour le Calvados, c’est très clair, le lien entre le vote RN et les petites communes rurales est direct.

Dans les campagnes, dans les petites communes, la voix des électeurs s’est majoritairement portée sur Ie Rassemblement national. Plus on s’éloigne des métropoles, plus ce vote protestataire est important. 

 

 

Comment expliquez-vous cette France coupée en deux : la ville qui vote LREM et Europe Ecologie ; la campagne et les quartiers qui soutiennent Ie RN ?

Le vote de dimanche n’a fait qu’accentuer une rupture déjà latente : des villes qui se trouvent dans la révolution écologique et numérique, et Ie périurbain qui se sent exclu de cette modernité. Cette France abandonnée », c’est cette des gens de peu, c’est la France qui se Iève tôt. Ces hommes et ces femmes ont un travail, généralement un métier de service lié la personne, d’ouvrier, d’employé… Ils gagnent entre 1 300 et 1 600 €, mais se sentent désormais exclus de toute promotion sociale. Ce sont dailleurs ces gens—là qui ont fait Matteo Salvini en Italie ou Donald Trump aux Etats—Unis.

Ce sont les Gilets jaunes du début du mouvement, ceux des ronds-points ?

Oui, en partie. Ils possèdent une petite maison avec jardin, ont généralement deux voitures diesel pour leurs déplacements… Leurs parents habitaient parfois en HLM. Ils ont donc Ie sentiment d’être en ascension sociale avec ce pavillon. Mais ils se retrouvent maintenant a ne plus pouvoir monter. L’ascenseur est en panne ! Ils s’inquiétent pour I’avenir de leurs enfants. Et en plus, on leur dit que Ie diesel est mauvais pour la planète, que leur maison est un gouffre a énergie… Or, cette maison est la vraie réussite de leur vie. Et ce qu’iIs considèrent comme une réussite devient nul tout d’un coup. Ils ont la haine.

Est-ce pour cela qu’iIs votent Marine Le Pen ?

C’est davantage un vote protestataire, un coup de colère, qu’un soutien aux thèses nationalistes. Ils ont Ie sentiment que si la France se repliait un peu plus sur elle-même, ils se porteraient mieux, on reviendrait à I’époque de la promotion sociale. C’est peut être une illusion, mais eux Ie pensent comme ça. Avant, quand Ie bourgeois avait la télé couleur ou encore le lave-vaisselle, les gens de peu savaient qu’iIs les auraient cinq ans plus tard. Aujourd’hui, cet espoir d’une vie meilleure, ils ne I’ont plus.

Malgré les Gilets jaunes, Emmanuel Macron n’a pas perdu cette France coupée en deux ?

Le président de la République, je Ie pressens, a compris la situation. Mais il n’a pas encore trouvé les mesures politiques montrant qu’iI pense à ces gens de peu. Les réformes prises par Ie gouvernement, ces dernières semaines, ne les concernent pas trop… Ils ont pourtant un besoin urgent de progression sociale. Si la lumière reste allumée dans Ie coeur des villes, elle s’est éteinte ou est en passe de I’être dans ces zones périurbaines.

 

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer