Home Fibre optiqueÉligibilité à la fibre optique : où en est le déploiement de la fibre en France ?

Éligibilité à la fibre optique : où en est le déploiement de la fibre en France ?

 

CCF14  : Dans cet article  on ne parle plus seulement en terme de déploiement mais on lance l’alerte sur “l’éligibilité” c’est à dire l’accès effectif au service. On retient que le Plan France Très Haut Débit prévoit un déploiement sur plus de 80 % du territoire national avant la fin de 2022. Ce ne sont pas les 100 % que promet notre Département ! 

 

Avec un taux de pénétration de la fibre optique de près de 20 %, la France s’est classée 26e dans les derniers chiffres annuels annoncés en 2019 par l’OCDE. À titre de comparaison, l’Espagne, dont la superficie et la population (bien que moins importantes) sont comparables à ceux de l’Hexagone, se classe au troisième rang avec un taux de déploiement de la fibre optique de 50 %. Toutefois, la concurrence semble fonctionner et les opérateurs rattrapent le retard, avec près d’un demi-million de nouveaux abonnés au second trimestre de l’année.

Déploiement de la fibre dans les plus grands pays d’Europe

L’Europe a vu le nombre de foyers connectés à la fibre optique augmenter de plus de 15 % en un an. À ce sujet, bien qu’elle soit classée en 16ème place au niveau du continent, la France (deuxième plus grande économie d’Europe) se positionne en tête des quatre plus grands pays d’Europe. En effet, le comparatif des plus grandes économies européennes en matière de l’éligibilité des logements à la fibre optique donne :

  • Avec un taux de déploiement de la fibre optique de 3,2 %, l’Allemagne, la plus grande économie d’Europe, semble manquer de l’urgence ressentie dans les grandes économies européennes.
  • En tant que troisième plus grande économie d’Europe, le Royaume-Uni vient d’entrer pour la première fois dans le classement, avec un taux de pénétration de 1,9 %.
  • Quant à l’Italie, la quatrième économie d’Europe se classe loin derrière la France avec un taux de pénétration de 4 %, mais le nombre de foyers desservis enregistre une croissance remarquable en 2019.

Il convient de souligner qu’au-delà du continent européen, nous sommes bien loin derrière d’autres pays tels que la Corée du Sud qui se classe en tête avec 80 %, suivi par le Japon avec 78 %. Toutefois, la France se classe devant le Canada et les États-Unis dont le déploiement de la fibre optique ne dépasse pas les 14 %. Dans ce contexte, le pari du président Emmanuel Macron d’avancer de deux ans (de 2022 à fin 2020) l’objectif du Plan France Très Haut Débit semble assez difficile à concrétiser.

 

Où en est le déploiement de la fibre en France ?

Initié au premier semestre de l’année 2013, le Plan France Très Haut Débit prévoit un déploiement sur plus de 80 % du territoire national avant la fin de 2022. L’objectif annoncé est de garantir un accès Internet de très haut débit à tous les citoyens et les institutions du pays. Dans les zones où le déploiement de la fibre optique serait difficile, trop coûteux ou même impossible, le haut débit sera installé avec d’autres technologies connexes, telles que le satellite ou la 4G ou bien la très prometteuse 5G.
(CCF14 : pas dans la Calvados qui s’engage sur le 100% fibre en 2022 !)

 
 

Dans cette optique, l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP) affirme que le nombre d’abonnements au haut débit (inférieur à 30 Mbps) a enregistré une baisse avec moins de 20 millions d’abonnés, alors que le nombre d’abonnements au très haut débit (supérieure à 30 Mbps) a dépassé le seuil des 10 millions d’abonnés durant le dernier trimestre 2019. En outre, le déploiement de la fibre optique augmente progressivement et dépasse déjà les 29 millions d’abonnements en cette fin d’année.

Le déploiement de la fibre optique est probablement l’un des plus grands projets en cours dans le pays. Toutefois, la réalisation des objectifs annoncés dépend de plusieurs de facteurs et fait face à certains défis. En ce sens, les opérateurs accusent un manque de main-d’œuvre et de ressources. En effet, il semble que le secteur souffre d’une pénurie de 10 à 15 % de technicien, alors que les professionnels annoncent des besoins potentiels de 10 000 à 16 000 techniciens d’ici 2022.(comment le Calvados peut réussir son pari ?)

 

 

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer