13 octobre 2020

Orange pourrait vendre une partie de son réseau en zone rurale

Par admin
A vendre réseau rural d’occasion, en l’état

Source : Next Impact

Ses trois concurrents – Bouygues Telecom, Free et SFR – se sont déjà séparés d’une partie de leur fibre optique afin de récupérer du cash. Selon Les Échos, ce serait au tour d’Orange de se lancer dans ce genre d’opération.

Selon des sources concordantes, nos confrères affirment que le groupe « a mandaté la banque d’affaires Crédit Suisse pour conduire la vente de la moitié de ses réseaux en zone rurale, soit 4 millions de lignes, dont les trois quarts restent à déployer »

« Un premier tour d’enchères est attendu lundi », et cette vente pourrait permettre à Orange de récolter près de 2 milliards d’euros.

CCF14 : Extraits de quelques commentaires sur Next-impact. La vente de ces réseaux historiques n’est manifestement pas une bonne nouvelle pour les zones blanchesles objectifs de notre département d’ici 2021 semblent mal engagés.

Il y a encore quelques jours il me semble que le gouvernement voulait que tous les foyers soient reliés en fibre d’ici 2024.

Donc si tout les opérateurs se débarrassent de leurs réseaux ruraux, je ne vois pas comment y arriver. Les milliards gagnés ne vont certainement pas être réinvestis pour déployer la fibre dans des zones avec encore moins de clients…

Via le lien de la news vers les Echos, dans la partie lisible sans abonnement, les repreneurs de ces infrastructures de plus en plus stratégiques seraient australiens et américains.
C’est triste d’assister impuissants à cette (nouvelle) perte de souveraineté…

J’ai du mal à saisir ce que ça implique. Les repreneurs deviennent de fait, responsables de l’entretien dudit réseau j’imagine? Du coup si les opérateurs Français veulent utiliser ces réseaux vont-ils devoir payer l’investisseur privé pour l’utilisation des lignes ?

D’un côté on nous dit que l’accès au haut-débit dans les zones rurales est une priorité pour à côté revendre la structure à d’autres ?

Au moins, si ce n’était pas clair, ça confirme que les opérateurs et le gouvernement n’en a rien à faire des zones rurales. Il n’y aura ni amélioration ni développement de ces infrastructures.

Comme quoi un réseau national appartenant et géré par un/des organismes publics et loués aux opérateurs ça aurait pu être pertinent, mais l’ultra libéralisme désapprouve.

Absolument, l’Etat aurait dû financer et diriger une structure chargée du déploiement où les opérateurs auraient été partie.
Ici, l’Etat aurait dû au moins racheter ces réseaux pour gérer l’aménagement du territoire et assurer la souveraineté. Mais non, l’Etat et la tête de l’Etat, en bon banquiers d’affaires, préfère jouer aux montages et tour de passe passe pour revendre Suez à Veolia et faire ce pourquoi il est institué par la Constitution et élu.

Est-ce une bonne chose de mettre les réseaux, qui sont de première importance (fibre/communication, tout autant qu’eau, gaz et électricité), dans une domaine de libre marché où les opérateurs peuvent investir et spéculer en vendant et revendant à la découpe des bouts de réseau à des acteurs étrangers ?

Partagez !