21 octobre 2020

Fibre Calvados : le parcours du combattant pour ceux pouvant être raccordés.

Par admin

Source : Ouest-France

Notre correspondante habite à Chênedollé, commune de Valdallière. Elle a testé son éligibilité à la fibre, sans avoir d’adresse postale précise.

On a testé

Dans le bourg de Chênedollé, les travaux pour le déploiement de la fibre sont terminés depuis fin mars, nous savions faire partie de la première phase pour son déploiement à Valdallière. « Le déploiement et la commercialisation de la fibre se font par secteurs techniques, dont les périmètres ne correspondent pas toujours aux frontières administratives des communes », prévient le conseil départemental, porteur du projet pour le Calvados. Peu de communication sur l’avancement du projet, seul un dossier émanant du conseil départemental intitulé « La fibre arrive à Valdallière » est accessible sur le site de Valdallière.fr.


CCF14 : plus la fibre arrive et moins le Calvados communique, c’est étrange… c’est pourtant fin 2021 l’objectif sur lequel il s’est engagé à déployer son réseau de fibre sur l’ensemble du Département, du moins à 85% !

La crise sanitaire a empêché les réunions publiques, les opérateurs n’ont pas démarché les clients potentiels dont nous faisons partie. La première étape est essentielle, vérifier notre éligibilité à la fibre comme l’indique le dossier du département, sur le site fibre-calvados.fr.

CCF14 : la crise sanitaire tombe bien à propos, depuis 2014 le Département trouve tout type de prétextes pour justifier son retard.

La même adresse postale pour vingt maisons.

Première difficulté, il nous faut entrer notre adresse postale, or nous sommes une vingtaine de maisons à avoir la même : Le bourg de Chênedollé, 14410 Valdallière. L’adressage à Valdallière est en cours, mais n’est pas encore opérationnel. Nous ne nous décourageons pas, surmontons l’obstacle en allant sur la carte interactive du site. On y repère notre habitation, youpi ! Elle est marquée d’un point vert qui nous apprend notre éligibilité. Si ce point était jaune, nous aurions dû demander notre raccordement. S’il était rouge, il nous faudrait encore attendre, il indique que les travaux sont en cours.

CCF14 : Les adressages, à charge des communes, perturbent le déploiement et ajoutent un peu plus de délai. Malgré cela le raccordement est possible sous réserve que les travaux aient été effectués dans la zone ciblée.

Deuxième étape, passer un contrat avec un opérateur. Abonnés depuis toujours chez l’opérateur historique Orange, nous contactons le service client qui nous affirme que nous ne sommes pas éligibles à la fibre chez eux.

CCF14 : En effet ! bien que le réseau de fibre du Calvados ait quasiment dû repartir de zéro pour accueillir les grands opérateurs aux frais du contribuable, ceux-ci ne se pressent pas pour l’emprunter ! Alors qu’Orange revend son réseau rural de cuivre, SFR qui a racheté Covage n’est même pas présent sur le RIP14 ! : l’absence de considération pour les territoires ruraux est liée à leur faible rentabilité.

Alors, nous nous tournons vers les opérateurs alternatifs, ils sont six sur le marché : K-net, Kiwi fibre optique, Coriolis, Ozone, Vidéofuture et Nordnet. Nous les contactons un par un, un commercial répond immédiatement, il veut d’abord localiser notre domicile sur la carte de Covage, le constructeur du réseau. Sans adressage, on fournit nos coordonnées GPS, relevées sur Google Map, le numéro de notre parcelle cadastrale et l’identification de notre bâtiment indiqué sur la carte interactive du conseil départemental, en zoomant sur le point vert.

CCF14 : le risque d’erreur sur la carte interactive (et pour ceux dont le débit permet le chargement) est élevé.

Reste le choix de l’opérateur, étape délicate tant les offres sont difficilement comparables. Seul point commun : la gratuité du raccordement au réseau public. Le contrat d’abonnement signé chez un opérateur déclenche la suite des opérations ; l’opérateur informe Covage, un technicien passera pour préparer le raccordement avec le réseau public, ce sera effectif dans quatre à six semaines. « Appeler les opérateurs, préparer son raccordement, ce n’est pas sans rappeler l’installation du téléphone dans les campagnes, il y a cinquante ans, remarque Jean-Yves Guérin, responsable aménagement numérique pour le Département.

CCF14 : Les habitants en zone blanches ou grises apprécieront toute l’ironie de cette déclaration du responsable de l’aménagement numérique (citadin Caennais). Sauf que nous ne sommes plus à la même époque et que les besoins ont changé, la crise actuelle en atteste. Il y a encore beaucoup de zones blanches ou grises qui, outre des problèmes constants d’accès à internet, empêchent la simple utilisation du téléphone fixe ! les débits sont bien inférieurs aux préconisations du gouvernement pour 2020 : n’en déplaise au “bon haut débit” Macronien le “mauvais bas débit ” perdure dans de nombreux villages du Calvados

La fibre optique va progressivement remplacer l’ADSL et le réseau téléphonique en fil de cuivre, voués à disparaître. La fibre va permettre l’accès à tous à Internet très haut débit. Le projet réseau fibre du Calvados constitue l’investissement le plus important porté par le Département sur le plan financier comme pour la compétitivité et l’attraction du Calvados. Le réseau est cofinancé par la Région, l’État et l’Europe. »

CCF14 : Inutile de préciser que les derniers km seront les plus difficiles à raccorder vu le peu de “rentabilité” de ces réseaux. L’internet pour “tous” fin 2021 ? une blague.

Site internet : fibre-calvados.fr

Partagez !