22 octobre 2020

Pandémie de malfaçons sur les réseaux FttH : à quand un couvre-feu pour le mode STOC ?

Par admin

Source : AVICCA

Quatre ans bientôt que les collectivités alertent les opérateurs et les autorités nationales contre les effets délétères du mode STOC[1] sur les réseaux FttH déployés. Les séquelles de l’épidémie sont difficilement soutenables. Serrures des armoires forcées au pied de biche, au tournevis, avec des pierres, des tampons en fonte, quand elles ne sont pas simplement découpées à la meuleuse ou que les portes n’ont pas été arrachées. Ce qu’il reste des portes de ces armoires servant souvent à dissimuler les “plats de nouilles” que font les câbles, les cassettes décrochées et les déchets d’intervention au sol. Les PBO (boitiers de raccordement à proximité des habitations) guère mieux lotis : fibre pincée qui dépasse du couvercle, ou plus directement couvercle arraché (voir les photos).

Et le boîtier client alors ? La pose à “l’arrache” n’a hélas jamais aussi bien porté son nom. Les forums internet dédiés foisonnent de photos de passage de câbles et de fixation hasardeuse des prises clients. Cette situation est peut-être cependant liée à la fameuse “expérience utilisateur” qui est à la base de la justification du mode STOC par les opérateurs qui tiennent à raccorder leurs abonnés, afin de donner un aspect “bohème” à cette nouvelle technologie, loin de la froide rigueur technique du déploiement initial du réseau téléphonique cuivre (pour s’en convaincre, il suffit de constater l’état toujours impeccable des NRA cuivre d’Orange 50 ans plus tard, comparativement à n’importe quelle armoire fibre 50 jours après une ouverture commerciale…).

Après avoir nié l’existence même de cette pandémie, puis en avoir minimisé les graves symptômes et le nombre de cas effectifs, les principaux responsables de cette situation se sont enfin saisis du problème, en début d’année. Et il semble que certaines solutions permettent désormais de remédier aux difficultés avec efficacité : réparation des armoires, changement de système de pose de câbles etc.). Mais soigner n’est pas guérir, car remettre une armoire à niveau ne garantit aucune immunisation durable. Les agents pathogènes sont toujours à l’œuvre et la rechute est garantie.

Aussi, l’Avicca se réjouit que l’État lance une mission nationale de contrôle des déploiements FttH. L’État veut que les désordres cessent au plus vite et nous ne pouvons que soutenir cette démarche prophylactique, qui devra s’intéresser aux déploiements publics et privés. Il faudra également faire le point sur les ingénieries, ainsi que sur la qualité des équipements déployés. En effet, à l’heure où la fibre arrive trop souvent d’Asie, comme certains virus, le doute s’accroît quant à la durabilité de certains réseaux construits sur notre territoire.

En attendant les résultats de cette mission nationale de contrôle « sanitaire », l’Avicca suggère de prévoir un couvre-feu sur le mode STOC, ce qui reste toujours préférable à un confinement…

Paris, le 21 octobre 2020

Patrick CHAIZE
Président de l’Avicca


[1]  Mode STOC (Sous-Traitance Opérateur Commercial)

Modèle ou contrat dans lequel l’opérateur d’immeuble (OI) sous-traite à l’opérateur commercial (OC) le raccordement du client final. Dans ce modèle, l’OI ne réalise pas le raccordement lui-même mais délègue le raccordement chez le client à l’OC via un contrat de sous-traitance.

Partagez !