Nos actions en 2019

Internet Haut débit pour tous !

Participation de notre association au Grand débat National lors de réunions ou cafés citoyens organisés par le député Bertrand Bouyx.

Retrouvez le résumé sur notre newsletter N°2 de 2019


Débat du 04 février 2019 à LION S/MER avec notre député, M. Bertrand BOUYX – 20h/22h15

(Membres présents : Eliane Viguier, Jean René Dufour)

Il y avait une soixantaine de personnes présentes avec une majorité d’un certain âge, et très peu de jeunes. Le débat s’est déroulé dans une assez bonne ambiance.

Une trentaine d’interventions ont porté essentiellement sur le pouvoir d’achat, avec quelques unes sur l’organisation de l’Etat et des institutions, les rémunérations des élus, l’application des lois, la pollution, les retraités, la désertification des territoires ruraux.

Quelques propositions ont été faites :

Pouvoir d’achat

– revoir la juste rémunération du travail avec reconnaissance de la valeur du travail exercé

  multiplier les formations professionnelles et l’apprentissage, associer les salariés à la direction des entreprises comme en Allemagne

– revoir la redistribution des richesses

– diminuer les taxes surtout celles des produits de première nécessité, et surveiller leur bonne utilisation

– supprimer l’augmentation de la CSG appliquée aux retraités, et le gel du montant des retraites, rétablir l’ISF, augmenter le SMIC

– réduire les inégalités : diminuer les salaires des hauts fonctionnaires, diminuer les indemnités et avantages financiers et matériels des élus, supprimer leurs privilèges, revoir le système de leur retraite : ils doivent montrer l’exemple pour les économies

– Cour des Comptes : tenir compte de leurs observations

Organisation de l’Etat

– réformer l’Etat : diminuer le nombre des élus, sénat, assemblée nationale, administrations territoriales

– diminuer les strates institutionnelles et territoriales

– plus de participation des citoyens aux décisions

– interdire les lobbies

– introduire plus de mixité sociale au Parlement

– appliquer les lois votées

La pollution

– revoir les « pollueurs » tels que les ferries, les porte-containers, etc…

– pollution par les éoliennes, installations à revoir

– pourquoi les voitures diesel réparées sont-elles envoyer dans les pays sous-développés ?

Désertification des territoires ruraux

– ré-ouvrir les lignes secondaires SNCF comme en Italie

– revoir le système de distribution du très haut débit (intervention de SR- Collectif cœur de fibre)

– ré-ouvrir certaines usines en France pour relancer la main d’œuvre

M. BOUYX a clos le débat en essayant de justifier les rémunérations des élus et en soulignant que des avancées avaient été prises pour réduire certains de leurs avantages…


Café débat Samedi 25 février 2019

( Présents, Serge Rochefort, un autre membre de l’association)

Nous sommes donc allés avec un voisin et membre du collectif, au café débat à Mathieu samedi matin.

Au plus fort de la matinée (principe du café débat, “je rentre et je ressors” !) nous étions 12 plus l’équipe de M. Bouyx (4) et M. Poirier, maire de Mathieu.

Grand changement par rapport à Luc sur Mer, M Bouyx et son équipe nous ont reconnus tout de suite ! Et nous avons pu échanger pendant au moins trente minutes sur les questions d’accès à internet, les enjeux, le très haut débit, la 4G, les métiers liés au très haut débit en campagne, télé santé, télé travail, écoles …

Le message est bien passé, côté M Bouyx et son équipe. Ils ont maintenant des arguments qu’on dirait sortis de notre bouche !

Ensuite (en désordre  car on a beaucoup parlé et pris peu de notes ) ont été abordés les sujets du 80 km/h, de l’accès aux services publics, des tranches d’imposition mais aussi les effets de seuil pour le RSA, primes diverses …, et on a surtout parlé, et c’est le sujet qui ressort de nos échanges : le mille feuille entre communes, intercoms, agglos, département, régions, Etat. La question qui est revenue souvent est celui de la répartition plus claire des compétences.

Des divergences, là encore sur des questions de compétences et du qui fait quoi, au sujet de la disparition ou non du Sénat et de la diminution ou non du nombre des députés.

Moins de députés, élus à la proportionnelle, mais qui ne seraient plus représentatifs des territoires. Ce serait des élus de type liste “nationale”. Retour des têtes de liste et donc d’élus carriéristes, sûrs d’être élus ! Danger. M Bouyx n’est pas convaincu que cette réforme soit pertinente pour nos territoires ruraux.

La question de l’élection plus démocratique des sénateurs (s’ils subsistent)  et surtout des représentants des intercoms a été une demande notifiée.

Voilà un petit résumé de cette matinée. Utile ? je ne sais pas. Mais l’équipe du député et le député lui même repartent avec des arguments supplémentaires et des exemples de terrain, qui pour notre collectif ne sont pas négligeables. Toutes les interventions sont consignées dans un rapport fait en direct par l’adjointe de M Bouyx.


Ultime débat auquel notre association a assisté, Trévières le 1er Mars 2019

(Membres Présents  : Serge Rochefort, Emmanuel Trolong)

Présence d’une trentaine de personnes, ainsi que M Bouyx et son équipe, et de M P Thomines (conseiller départemental).  Cette fois l’assemblée semble moins âgée que pour les autres débats.

A noter ; la présence d’un étudiant qui propose un questionnaire portant sur la teneur des débats locaux. Chacun peut remettre ce questionnaire de façon anonyme en fin de réunion.

Nous avons remis aussi notre plate-forme de revendication de l’association Cœur de Fibre !

On a pu noter aussi la présence de deux journalistes locaux. L’un d’eux, après avoir pris les photos d’usage (donc celles où on voit le Député ) a quitté la salle très vite. On ne voit pas ce qu’il peut avoir à dire sur le débat si ce n’est des banalités.Le second a beaucoup échangé  avec M. Thomines. Il n’est pas venu à notre rencontre en fin de séance, malgré tous les arguments que l’on a développés notamment sur la non arrivée de la fibre dans le Calvados.

Voici les thèmes abordés avec un trentaines de personnes environ.

Tout d’abord une personne fait la remarque que le sujet du Handicap n’avait ni été abordé ni rendu prioritaire dans ce « Grand débat ». Les handicapés seraient oubliés du système en France. Il est souligné  les différences de rapidité de traitement d’un dossier d’un Département à l’autre. Le Député rappelle que ce sont les collectivités territoriales qui gèrent ces dossiers et que ces collectivités n’ont en effet pas toutes les mêmes moyens. Le public dénonce cette injustice de traitement.

 Le député est ensuite directement confronté à un témoignage d’une femme en situation de maladie (reconnue) ayant préféré renoncer à sa maigre pension et aller travailler pour subvenir aux besoin familiaux. Elle dénonce le calcul basé sur le revenu global du foyer. On en vient à se poser cette question : quelle politique pour les personnes vieillissante et ou en situation de handicap ? Serge cite ses expériences professionnelles pour illustrer le « mille feuille administratif et le fait que de hauts fonctionnaires en charge de distribuer des fonds sont totalement déconnectés du terrain.

Cette 1ère longue partie débouche sur la  re-formulation suivante : l’organisation de l’état telle qu’elle est pensée est elle suffisamment efficace pour venir en aide de manière uniforme d’une région à l’autre ?

On en vient au sujet épineux du cumul des mandats qui courrouce une bonne partie de l’assemblée. Le député appuie le fait que la loi a été votée pour interdire celui des députés ou sénateurs (terminés les sénateurs – maires, députés maires) même si celle-ci fait couler encore beaucoup d’encre. L’attaché parlementaire défend que l’emploi du temps du député, très chronophage,  empêche théoriquement ce cumul.  

En revanche rien n’a été voté contre les cumuls au niveau local (Maire + président d’intercom) 

Question posée par Serge Rochefort sur l’élection  même des représentants des intercoms et de son président et adjoints. Comme pour les sénateurs, ce sont des votes indirects. Quelle légitimité ? A qui doit-on rendre compte ?

On en vient à une 2ème partie du débat qui touche l’exemplarité des élus. Sur ce point , le député et mme La maire de Trévières mettent en avant la rigueur du contrôle des comptes publiques au niveau local via les trésoreries. Des personnes citent alors les ministres qui se succèdent  et le cumul de «sales affaires politiques »  d’un mandat à l’autre qui depuis des années ternissent le monde politique en général (et le vote). « A quoi sert la cour des compte ?” Le député met en avant que le contrôle est  présent mais pas la sanction, la cour des compte n’ayant que le pouvoir d’analyser. Le public dénonce alors le fait que les hommes politiques compromis ont tendance à être réélus ou blanchis malgré les faits avérés . On en vient à dire qu’il y a davantage d’impunité pour les dirigeants de l’état que pour les citoyens.

La question des compétences a été posée plusieurs fois. Ne devrait-on pas mieux définir les compétences des communes, des intercoms, des départements, des régions, de l’Etat ? Pour éviter les doublons voire plus. Et donc l’inefficacité total du système sur certains dossiers.

L’écologie est ensuite abordée « en vrac » sans proposition de solutions concrètes . Le public dénonce par exemple que les efforts sont réclamés aux petites et moyennes municipalités (ex tri sélectif ) mais que les grandes agglomérations les plus polluantes, en sont dispensées ! Le député met en avant nos propres comportements basés depuis 40 ans sur « la voiture » et la «consommation de masse en grande surface ». Le public demande de repenser les moyens de transports en commun. Chacun reconnait être pollueur mais ne pas avoir d’autres moyens que de se déplacer en voiture … J’ai proposé toutefois de replanter massivement des arbres pour compenser la production de C02 !

Le très haut débit a été abordé ça et là et c’est surtout en fin de débat que Serge Rochefort a pu enfin prendre plus longuement la parole , qui est venue par le  « sentiment de l’abandon des territoires ruraux ». C’est là que Serge a pu expliquer que le très haut débit était une solution pour redonner de la vie aux communes rurales mais que le déploiement actuel était un leurre. Je ne vais pas  reprendre les arguments vous les connaissez. Le député a juste tempéré nos ardeurs sur le fait que l’illectronisme était également un problème (chez les ruraux ou populations âgées) et donc le THD/internet pas la seule solution, même s’il a reconnu que l’Etat était lui-même fautif du fait de la fermeture/dématérialisation rapide des services publiques. (Celle-ci ayant été mise en oeuvre par des décideurs travaillants surtout dans des grandes agglomérations). 

Un échange a eu lieu avec Patrick Thomines  qui a tenté de se justifier sur le RIP du Calvados, manifestement agacé par nos propos sur le RIP.  Il a été rappelé à M. Thomines qu’à Crouay, par exemple,  ça n’était pas forcement le THD qu’on attendait mais juste des lignes de téléphone opérationnelles, par simple question de sécurité publique.

Serge Rochefort a rappelé, suite à l’intervention de M.Thomines,  à Mme le Maire de Trévières que sa commune devait être fibrée en 2015. Le Département n’est donc pas en avance mais bien en retard de plus de 4 années sur son plan puisque Trévières est juste en cours de travaux. On ne voit pas comment le Département réussira son pari de fibrer tout le Calvados pour 2022.

 Il a été question aussi des EPHAD et du manque cruel de moyens ou de formation des employés pour s’occuper des ainés. Je n’ai pas pu placer à ce moment l’argument des objets connectés qui permettraient de surveiller nos anciens en temps réels, du mois ceux qui n’auront pas les moyens de l’EPHAD car ils seront très nombreux dans 10 à 15 ans. Le THD permettrait partiellement de résoudre ce problème , même si en priorité le lien humain est indispensable.

 

Partagez !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer